Harvard surprise

J’ai pris un crédit pour payer une bonne partie du minerval, ce que les américains appellent le « tuition ».

Et puis, j’ai sollicité une bourse … sans trop d’espoir. Et puis, un soir, à l’aéroport de Marseille, revenant d’une mise au vert, j’ai reçu un mail me confirmant La bourse ! Quasi un half-scholarship ! Et pas n’importe quoi : la bourse des recteurs d’Harvard Business School ! Le pied quoi ! Moi qui contrôle tout dans ma vie – ou presque – j’en ai été mal pendant 45 minutes …

Une acceptation surprise !

Je n’étais pas vraiment dans les conditions : le profil du participant est de plus de 40 ans, avec au moins 15 ans d’expérience, mais il faut être CEO d’une entreprise ou d’une filiale qui réalise au moins 55 millions de $ de chiffre d’affaire ou gérer 55 millions de $ de budget. Bref, ce n’est pas mon cas. Mais à chaque session, 2 ou 3 places sont réservées à des directeurs du service public. Bon, ce sont en général des patrons de grandes agences américaines.

Mais j’ai tenté ma chance et un soir de décembre, alors que j’avais passé une des plus mauvaises journée professionnellement parlant, j’ai reçu ce petit mail qui m’a fait planer !

Capture d’écran 2014-03-23 à 15.42.41